29 aoû 2014

Les bonnes pratiques de la construction durable chez BDM

Actualités BDM

5 ans d’évaluation de projets,

229 bâtiments étudiés représentant 669 000 m2 :

ceci permet de tirer des bilans intéressants.

 
 
 
 
 
Au programme :
 
La gestion de projet interpro de A à Z reste un bon investissement : quand la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre, les entreprises et les utilisateurs travaillent ensemble, on va à l’essentiel et on fait du bâtiment durable à des prix très corrects (la CERC confirme).
Un  exemple de collaboration : le bureau d’études qui met le bleu de travail et fait les essais des OPR avec les entreprises, c’est quasiment une condition nécessaire pour que ces essais soient réussis, c'est-à-dire, répondent aux attentes des utilisateurs.  Ceci aura rapidement un impact sur les GTC « usines à gaz » que personne ne sait gérer !
 
La biodiversité méditerranéenne, ça existe et ça peut rapporter gros si on évite de faire chez nous des jardins à la française avec des arrosages automatiques.
 
Nous avons remarqué en quelques années une réduction des déchets de chantier car les architectes épousent de plus en plus le terrain : bilan, on se situe à environ 50 kg de déchets par m2 shon sur du neuf.
 
La réflexion sur hyperisolation et bouteille thermos doit sortir des clichés : un bâtiment BBC est un four, non pas du fait qu’il soit isolé et étanche, mais parce qu’il reçoit des apports (internes et externes, le soleil en général) et que ces apports ne sont pas évacués par la ventilation (en général naturelle, la nuit). Comme la Région PACA est 3 mois par an proche d’un climat tropical (sauf pour cet été 2014 !), inspirons nous de la démarche ECODOM qui exige à la fois de réduire les apports solaires et impose un % d’ouverture appelé porosité compris entre 20 et 30 % (en PACA selon le contexte 10 à 20% suffisent)
 
Restons dans la ventilation pour remarquer que certaines double flux ne sont pas nécessaires : ceci s’analyse selon la densité d’occupation, l’altitude, les contraintes acoustiques, l’entretien et la qualité d’air ;
le cas à éviter : "je mets une double flux pour satisfaire mon calcul RT, mais je ne vérifie rien au niveau de l’étanchéité du bâtiment et des calculs de gaines. A l'arrivée, je consomme plus qu’avec une simple flux bien étudiée".
 
Enfin, n’oublions pas les aspects sociaux et économiques : un bâtiment bien pensé favorise le confort des occupants, la productivité augmente et les arrêts maladie se réduisent.
 
La cohérence durable s’installe petit à petit dans nos projets : ceci veut dire, plus de services rendus, moins de technologies, plus d’architecture, mais peut-être aussi, donner les moyens aux utilisateurs d’être plus responsable de la gestion de leur bâtiment…..
 
 
 
 
glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8